JOURNALISTE ENVIRONNEMENT, UN MÉTIER PARTICULIÈREMENT DANGEREUX

Le Comité pour la protection des journalistes indique que depuis dix ans, un minimum de treize reporters ont été tué·es en raison de leurs enquêtes sur l’environnement.

 

On connaissait les risques encourus par les journalistes en zone de conflit. Dorénavant, il faut reconnaître que les spécialistes des questions environnementales sensibles, traitant par exemple de la destruction d’espaces naturels, sont également particulièrement exposé·es. Ces thématiques sont même devenues le deuxième domaine du journalisme le plus dangereux, derrière le reportage de guerre. Lire la suite dans Slate.fr

Articles récents…

press-2333329_960_720

COMMENT GÉRER SA COMMUNICATION DE CRISE : LES 8 RÈGLES A SUIVRE

  Qu’est-ce qu’une crise ? C’est le résultat de dysfonctionnements plus ou moins graves pouvant porter atteinte à l’image et à l’activité d’une entreprise ou d’une...
voeux2020_influences

INFLUENCES VOUS SOUHAITE UNE BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2020

thales gemalto

GEMALTO AVANCE VERS THALES EN TENANT SON CAP DANS L’IoT

Le spécialiste de la sécurité numérique et des cartes à puces enregistre un retour de la croissance pour son résultat opérationnel. Le mariage avec Thales...