RENOUER AVEC L’INTERACTION SOCIALE, L’INCONTOURNABLE VŒU POUR 2021

Il est d’usage de dire qu’à tout malheur, quelque chose est bon ; une sagesse populaire qui a définitivement sa pertinence alors que nos modes de vie et de travail sont bouleversés depuis près de 10 mois par la pandémie de la Covid-19. Cette crise aux multiples visages nous a démontré combien les interactions sociales, une discussion in vivo, une main serrée, un repas partagé pouvaient manquer. Bref, combien l’Autre est essentiel à notre équilibre.

Si cela est évidemment vrai à titre personnel, ça l’est tout autant dans la vie professionnelle. Et cela l’est de manière particulière dans tous ces métiers dont l’utilité doit à la qualité de la relation, à la confiance établie au fil du temps, à la capacité d’empathie, à l’échange constructif.

C’est le cas des relations médias, un secteur qui nous a probablement à toutes et tous fait mesurer ce que le « présentiel » a de plus que le « distanciel ». Qu’il s’agisse d’un client ou d’un journaliste, une « visio » ne remplacera en effet jamais un échange permettant de saisir tout ce qui se dit dans la gestuelle et le visage.

Comment se permettre en réunion Zoom ou Teams ces silences, ces propos spontanés voire décalés qui disent tant, ceux qui fluidifient les relations et permettent, in fine, de mieux saisir les attentes de son interlocuteur ou le sel d’un sujet ?

Rien ne vaut un échange « IRL*» pour, dans cette si singulière intimité intellectuelle créée autour d’un café ou d’un déjeuner, faire émerger les sujets qui « font mouche », du côté du journaliste, comme de son interlocuteur, qu’il s’agisse du communicant ou de son client.

On oserait presque avancer que, avec cette distanciation physique qui dure, les médias et leurs contenus changent. Au-delà de « l’obsession éditoriale » autour de la Covid-19 qui a pu parfois appauvrir la diversité informationnelle, n’oublions pas que c’est aussi l’incarnation d’un sujet, le fait « de sentir » le terrain et d’en sortir les informations pertinentes qui vont faire un bon papier ou un bon reportage.

En sus d’une décrue de la pandémie et des nécessaires moyens financiers et humains à accorder aux médias pour assurer le droit à l’information, souhaitons donc pour l’année 2021 que ces derniers, généralistes, spécialisés comme professionnels, puissent continuer à produire des contenus de qualité.

Pour cela, gardons à l’esprit qu’il s’agira, dès que possible et dans les conditions sanitaires adéquates, de permettre aux journalistes et aux rédactions de renouer le contact avec les entreprises, les associations, toutes ces organisations qui « font Société »…et leurs communicants.

*In Real Life

Hélène Détolle, Consultante RP, Agence Influences

Articles récents…

presse (2)

CONSEILS | 7 PRINCIPES POUR DES RELATIONS PRESSE EFFICACES

Think global, Act Local Concentrez-vous sur votre marché domestique. Si vous travaillez avec une agence, choisissez une agence de la nationalité du pays dans lequel...
press-2333329_960_720

COMMENT GÉRER SA COMMUNICATION DE CRISE : LES 8 RÈGLES A SUIVRE

  Qu’est-ce qu’une crise ? C’est le résultat de dysfonctionnements plus ou moins graves pouvant porter atteinte à l’image et à l’activité d’une entreprise ou d’une...
S4130123QUOT01

LES COLLECTIVITÉS DEVRONT SE CONCENTRER SUR CE QUI EST ESSENTIEL ET NÉCESSAIRE

Une tribune de Catherine Meddahi, Présidente d'Influences, publiée dans le magazine Brief  de juin 2020. Brief est le premier magazine entièrement consacré à l'univers de...